Chartreuse Saint-Jacques

Derrière les jardins d’Auguste et sur les côtés des passages les plus fréquentés, il y a un lieu chargé d’histoire et de charme, où l’on respire une atmosphère de paix. C’est le bon endroit pour une pause de silence et d’ombre lors de votre promenade dans les rues ensoleillées de Capri.

La Chartreuse Saint-Jacques (Certosa di San Giacomo en italien) est le plus ancien bâtiment historique de l’île de Capri, il a été construit en 1371 à la demande de Giacomo Arcucci sur un terrain offert par la reine Jeanne d’Anjou, reine de Naples.

Si Villa Jovis (surplombant la mer sur la crête rocheuse la plus éloignée et la plus inaccessible de l’île) exprime et résume la saison romaine de Capri, la Chartreuse Saint-Jacques (dans la vallée surplombant Marina Piccola, presque invisible de la mer) témoigne de la longue période monastique et médiévale.

Les deux sont des vestiges impressionnants qui racontent une splendeur ancienne, des richesses, des intrigues et des mystères.

Les noms des architectes qui ont travaillé sur le bâtiment ne sont pas connus, mais il est clair que le modèle de référence est la Chartreuse de San Martino à Naples.

Les chartreux

Les chartreux qui ont eu la chance d’y vivre n’étaient pas très nombreux, ils étaient au total plus ou moins une quinzaine et ils se sont très bien traités au fils des ans.

Chacun d’eux pouvait disposer de deux ou trois famigli, des serviteurs qui les soulageaient de toute fatigue. Leur pouvoir sur l’île était énorme et il devenait de plus en plus grand grâce aux privilèges obtenus: ils pourraient, par exemple, percevoir des taxes sur les terres et les produits de la pêche et ils avaient gagné le droit de confisquer les biens des morts sans héritiers. Un système automatique pour enrichir leur patrimoine année après année.

De là sont également venues des spécialités très appréciées, comme la ricottella au lait de brebis et la liqueur de chartreuse (semblable à la Chartreuse française).

Mais surtout à partir de ces cellules, les moines contrôlaient l’économie agricole de l’île puisque la plupart des champs cultivés leur appartenaient. Et donc ils étaient riches, bien plus que le clergé et les évêques. Bref, pour la population, qui ne les regardait pas favorablement aussi parce qu’elle leur interdisait de vendre les produits de la terre pour ne pas avoir de concurrence, les moines vivaient plus ou moins comme de riches seigneurs.

Légendes? Des exagérations? Peut-être.

Sur les documents trouvés, il y a le témoignage de Monseigneur Pellegrino, évêque de Naples au milieu du XVIIe siècle, qui a été contraint de convoquer un synode de Capri pour rétablir l’ordre dans un clergé désordonné et émeute, sans règles ni restrictions. Finalement, une sorte de édit épiscopal sera publié où il était interdit de porter des soutanes déboutonnées, de porter des chaussures à lacets colorés, de fréquenter les tavernes accompagnées de femmes et enfin de nager dans la mer uniquement si habillé correctement. Ce qui nous permet d’imaginer des frères joyeux plonger à moitié nus dans les eaux de Capri en compagnie de belles filles.

Et puis il y a le témoignage de Jean-Jacques Bouchard, un savant et antiquaire français qui a débarqué sur l’île au milieu du XVIIe siècle, qui peut donc à juste titre être considéré comme le premier touriste de Capri, qui a visité la Chartreuse en la trouvant belle et en décrivant ses habitants comme hospitaliers, oui, mais aussi désagréables, arrogants et égocentriques.

Le tableau, qui pourrait paraître impitoyable, mais aussi impressionniste et superficiel, trouvera cependant confirmation dans un épisode incroyable quelques années plus tard, lorsque Naples et le sud, et donc aussi Capri, arrive la peste. Dans la situation d’urgence, l’évêque de Naples demanda l’aide de qui pouvait, et donc aussi du prieur de la Chartreuse Saint-Jacques qui, sous l’excuse des règles strictes du cloître, s’enferma avec ses frères pendant des semaines.

L’indignation des habitants de Capri face à cette façon de faire était telle que certains cadavres furent littéralement jetés au-delà du mur d’enceinte de la Chartreuse dans l’espoir évident qu’un moine serait infecté. Inutilement car aucun des frères fut infecté. Cinq mois plus tard, lorsque l’épidémie sera terminée, le prieur rouvrira enfin les portes, prêt à confisquer les biens et propriétés de nombreux habitants de Capri décédés entre-temps a cause de la peste.

Acquisition après acquisition, la Chartreuse deviendra propriétaire de toute la vallée de Tragara et grâce à la culture des terres qui surplombaient là-bas et ailleurs, elle finira par conquérir le monopole de l’agriculture sur l’île, y compris l’huile, le vin et le bétail.

La Chartreuse Saint-Jacques restera riche et belle pendant 434 ans.

Jusqu’au 18 octobre 1808, lorsque les soldats de Joachim Murat, laissant leurs navires à l’ancre devant les rochers d’Anacapri, conquirent l’île et chassèrent les garnisons de Sir Hudson Lowe (qui, quelques années plus tard, auront cependant l’occasion de se venger en prenant la garde de Napoléon vaincu à Sant’Elena).

Les prisonniers anglais seront parqués dans la cour de la Certosa et ensuite généreusement lâchés d’ici.

La chartreuse

L’accès à la Chartreuse de Capri se fait par une avenue au bout de laquelle se trouve l’entrée avec une tour fortifiée. À côté de la tour, il y a le portail de l’église.

Sur le portail de l’église se trouve une fresque du XIVe siècle avec la Vierge et l’enfant: sur les côtés, San Bruno qui pose sa main sur l’épaule de la reine Giovanna en prière, et San Giacomo avec sa main sur l’épaule du comte Arcucci qui offre à la Madone le modèle de l’église.

L’allée se poursuit dans une cour fermée par une tour de guet décorée et assiégée.

La Chartreuse est structurée en trois blocs: un en dehors de la vie du couvent avec la pharmacie et l’église pour les femmes, un pour les frères laïcs et pour les invités extérieurs avec un greniers, une écuries et des ateliers annexes où travaillaient les moines, le dernier bloc est conçu pour la vie cloîtrée avec les cellules autour du grand cloître et les autres pièces autour du petit cloître.

Le Grand Cloître est fait dans le style de la fin de la Renaissance avec des arcs ronds sur des piliers en pierre, tandis que la zone centrale est organisée selon un dessin géométrique avec des espaces verts. Le petit cloître a de délicats arcs ronds sur des colonnes de marbre romain.

La Chartreuse est actuellement le siège du lycée de Capri, du musée dédié au peintre allemand Karl Diefenbach et pendant l’été, elle accueille des concerts et des événements.

La Chartreuse Saint-Jacques n’a jamais perdu son charme, son pouvoir évocateur, ni cet air de mystère qui enveloppe chaque rocher, maison et maison de Capri.

Heures d’ouverture de la Chartreuse Saint-Jacques

  • Mai de 10:00 à 18:00
  • Juin, Juillet et Août de 10:00 à 19:00
  • Septembre et Octobre de 10:00 à 17:00
  • Novembre, Décembre, Janvier, Février et Mars de 9:00 à 15:30.

Dernière entrée: une demi-heure avant la fermeture.

Jour de fermeture: lundi

Les horaires et les tarifs peuvent varier, nous vous conseillons de les consulter aux info-points de Marina Grande ou de la Piazzetta.

Photo: Berthold Werner, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons.

D’autres articles

Consultez ces autres articles qui pourraient vous intéresser.

Laissez-vous inspirer!

Insérez votre prénom et votre adresse email pour vous inscrire à notre newsletter et recevoir nos meilleurs conseils de voyage sur la région de Naples.

Vous recevrez des conseils indispensables pour planifier un voyage en Campanie, par exemple: comment préparer un itinéraire de voyage, comment réserver des vols, des hôtels ou la location de voiture, vélo et scooter. Ou encore des curiosité sur la vie locale, des adresses et des bons plans pour faciliter votre séjour.

C'est bien! Vous vous êtes inscrit à la newsletter sur la Campanie.

Share This